Le magazine antillais de la famille

Grossesse et sucre, un duo délicat

Adopter un mode de vie sain et une alimentation équilibrée avant et pendant la grossesse permet de prévenir les risques de maladies telles que l’obésité, le diabète, de maladies cardiovasculaires de votre enfant lorsqu’il grandira. Le sucre constitue une source d’énergie pour notre organisme à condition de savoir le consommer avec parcimonie. Toutefois, lorsque les hormones prennent le dessus, aucune femme enceinte n’est à l’abri d’une envie irrépressible de gourmandises sucrées de toute sorte. Vous remarquerez, par exemple, que si vous commencez à craquer pour une pause sucrée à un moment précis de la journée et que vous succombez à la tentation, cette même envie se répétera ensuite chaque jour à la même heure. Rencontre avec le Docteur Sylvia LUREL, gynécologue-obstétricien.

Quelle est la consommation de sucre à conseiller à une femme enceinte ?

Une future maman doit limiter sa consommation de sucres rapides et privilégier les sucres lents tels que le riz, les pâtes et les féculents. Les sodas, les jus, les sucreries… ne sont pas indispensables au développement du fœtus et ils sont surtout nocifs pour la santé de la mère. Une mauvaise régulation du sucre pendant la grossesse entraîne un risque d’hypoglycémie et une prise de poids trop rapide.

Une activité physique adaptée à la grossesse peut-elle participer à réduire le taux de sucre ?

Il est effectivement fortement conseillé de pratiquer une activité physique pendant la grossesse pour limiter la prise de poids, améliorer la tonicité musculaire et le bien-être général de la future maman. Il faut toutefois choisir une activité adaptée (natation, aquagym, marche, vélo, yoga, gymnastique, renforcement. Musculaire).

Qu’est-ce que le diabète gestationnel ?

Le diabète gestationnel est dépisté entre la 24e et la 28e semaine d’aménorrhée. Il est lié à la grossesse et traduit une mauvaise assimilation du sucre. En principe, il disparaît après l’accouchement mais il peut être révélateur d’un dysfonctionnement du cycle glycémique et persister par la suite. Il est fréquent chez les patientes en surpoids avec des prédispositions génétiques.

Les Antilles françaises sont particulièrement touchées par le diabète. Quels sont les risques pour une femme atteinte de diabète et son futur bébé Doit-elle faire l’objet d’un suivi particulier ? Peut-elle poursuivre son traitement antidiabétique ?​​​​​​​

Les risques de pathologies sont plus grands (risques vasculaires, troubles de la croissance, hypertension artérielle, pré-éclampsie). Une femme atteinte de diabète antérieur à la grossesse doit, avant la conception du bébé, avoir un diabète bien équilibré faute de quoi, les risques de fausse couche mais aussi de malformations fœtales sont plus importants.

Si le diabète n’est pas stabilisé, le risque d’avoir un gros bébé est plus élevé, entraînant des difficultés à l’accouchement. Le taux de césarienne augmente chez ces patientes.

Les médicaments antidiabétiques oraux sont contre-indiqués pendant la grossesse. Le relais s’effectue grâce à un traitement par insuline pour obtenir un meilleur équilibre glycémique et ainsi prévenir les complications pendant la grossesse.

Quels conseils ou astuces pouvez-vous donner à nos lectrices enceintes qui succomberaient trop souvent à une envie de sucre ?​​​​​​​

Buvez de l’eau, mangez de façon fractionnée en plus petites quantités en privilégiant les sucres lents afin d’éviter les hypoglycémies et les fringales. Remplacez les friandises par des fruits.

Article suivant >

Découvrez tous nos articles Parents & futurs Parents

Découvrir
Notre dernier dossier
Éveillez le goût de bébé