Le magazine antillais de la famille

La vue de votre enfant, une évolution à scruter à la loupe

dans Ti Moun

Les problèmes de vision sont souvent repérés à l’âge où votre bambin apprend à lire. Pourtant, bien des anomalies pourraient être décelées en amont tout simplement par le respect de visites chez le pédiatre. Ces consultations sont d’autant plus importantes qu’une prise en charge précoce par un spécialiste permet généralement de corriger le défaut ou de parer à certaines complications.

Les étapes du développement de la vue

A sa naissance, votre bébé ne dispose que de 0,5/10ème et ne peut distinguer grossièrement que les formes et les contrastes.

- Vers 6 semaines, les visages de maman et papa restent flous mais il les reconnaît.

Entre 4 et 6 mois, le monde de bébé prend progressivement de la couleur.

De 9 à 18 mois, sa vue s’affine et son champ de vision s’élargit. Il dispose de 3/10ème.

Entre 2 à 5 ans, votre bambin explorateur acquiert toutes ses facultés visuelles.

A 6 ans, son acuité visuelle est optimale avec 10/10ème.

Les pré-ados peuvent atteindre les 12-14/10ème.

Observer les signes avant-coureurs d’un défaut visuel

Si votre bout de chou se frotte fréquemment les yeux dans la journée, s’il plisse les yeux, si ses yeux sont souvent rouges, la lumière semble le déranger, s’il se plaint de maux de tête ou que les activités sollicitant la vision de près semblent le lasser très rapidement… N’hésitez pas à prendre rendez-vous chez un ophtalmologiste afin de vérifier sa vue. Sachez que ce praticien fait partie de la liste des spécialistes qui peuvent être consultés sans visite préalable chez votre pédiatre ou votre médecin traitant.

D’autres paramètres sont à prendre en compte parmi lesquels les antécédents familiaux (cas de myopie, de strabisme), une infection ou une maladie (rubéole, toxoplasmose) pendant la grossesse, un traumatisme durant l’accouchement, bébé est né prématurément… Ces informations sont cruciales. Pensez à les préciser à votre pédiatre ou ophtalmologue.

L’impact des écrans​​​​​​​

La surexposition de tout-petits peut avoir des conséquences sur leur vue ; La lumière bleue provenant des écrans peut être nocive pour leurs yeux encore vulnérables. Suivez les recommandations de votre pédiatre à ce sujet.

Le suivi médical pour un diagnostic précoce​​​​​​​

Dès 7 jours, la vue de votre nouveau-né est vérifiée par un pédiatre. D’autres visites obligatoires, à 2, 4, 9 et 24 mois, sont prévues également ; Le médecin ou le pédiatre orientent ensuite vers un spécialiste en cas de doute. Certains spécialistes préconisent de faire suivre annuellement l’enfant par un ophtalmologiste dès ses 3 ans.

Choisir ses lunettes de vue​​​​​​​

Pour les plus petits, le choix doit se porter sur des modèles solides, sécurisés et adaptés à leur morphologie. Devenues, comme pour les adultes, un accessoire de mode, vous n’aurez aucune difficulté à faire accepter les lunettes à votre enfant si le choix est effectué conjointement.

Le capital soleil de nos yeux​​​​​​​

Comme pour la peau, nous bénéficions d’un capital soleil qu’il convient de préserver. Si les rayons infrarouges provoquent une sensation de chaleur voire de brûlures et sont ainsi rapidement détectables, il n’en est pas de même pour les rayons UV. Une exposition prolongée peut provoquer des soucis au niveau des paupières, de la cornée, de la rétine ou du cristallin.

Le soleil, facteur de lésions oculaires​​​​​​​

Le taux d’ensoleillement élevé aux Antilles peut être à l’origine de maladies tel le ptérygion. Il s’agit d’une petite chair qui pousse dans le coin interne de l’œil. Cette lésion se développe sur la conjonctive et atteint la cornée. Les yeux de vos bouts de chou doivent faire l’objet de toute votre attention. Le choix de leurs lunettes de soleil est ainsi primordial car elles doivent protéger​​​​​​​ efficacement leurs yeux des infrarouges et des UV. Pour vous assurer de la qualité de protection des lunettes, il est vivement conseillé de les choisir chez un opticien. La norme CE garantit le niveau de filtration en 5 catégories. Choisissez à minima l’indice 3 qui fait barrage à 100 % des UV.

Prenez garde aux modèles fantaisie en plastique teinté proposés dans certains magasins qui ne peuvent en aucun cas assurer une protection suffisante. 

Les verres sombres ne sont pas obligatoirement efficaces. Ils protègent uniquement de l’éblouissement mais pas des UV​​​​​​​.

Les types d’ultraviolets (UVA, UVB, UVC)
proviennent des rayons du soleil. Bien qu’invisibles, ils sont nocifs et particulièrement préoccupants pour les enfants chez lesquels le cristallin ne remplit pas encore totalement son rôle de protection naturelle face au rayonnement solaire. Il convient de leur faire porter leurs lunettes même par temps couvert car ni la brume, ni les nuages ne peuvent filtrer certains UV. Par ailleurs, prenez garde aux rayons indirects car l’eau réfléchit de 5 à 10 % des UV et le sable, 20 %.

​​​​​​​

Article suivant >

Découvrez tous nos articles Ti Moun

Découvrir
Notre dernier dossier
Mon copain le chien