Le magazine antillais de la famille

Un chat pour mon enfant

dans Ti Moun

Historiquement utilisé pour protéger nos réserves de grains des rongeurs, et longtemps laissé au statut de “chat de gouttière”, notre petit félin de compagnie connaît depuis une dizaine d’années un essor particulier dans le cœur des familles, qui s’orientent désormais plus souvent vers l’adoption d’un chat que d’un chien. Mais qu’en est-il lorsque cette adoption est destinée à offrir son premier animal de compagnie à un enfant ?

Encore plus que le chien, le chat n’est pas une peluche que l’on peut manipuler à sa guise et sans précautions. De surcroît, contrairement à son homologue canin, c’est un animal solitaire et beaucoup plus indépendant. D’autre part, il est très attaché à une certaine “routine” (configuration de son environnement, horaire des activités, zones de circulation, etc) et le moindre changement dans cette dernière, par exemple l’achat d’un nouveau canapé, peut induire un stress important qui se traduit par des comportements indésirables (typiquement griffades sur le nouveau canapé, voire marquage odorant). Un chat est donc bien sûr un être sensible et facilement sensibilisé. C’est donc un animal de compagnie qui s’adresse à des enfants calmes, à l’écoute des règles que vous leurs prescrirez, et âgés de plus de 7 ans.

La règle la plus importante, est de laisser le chat prendre l’initiative des contacts, c’est-à-dire que pour toute séquence “câlin”, “jeu”, etc, il est préférable que ce soit votre félin qui en décide, en venant au contact de l’enfant, plutôt que ce dernier lui coure après pour l’attraper.

En effet, dans ce dernier cas, votre matou percevra les contacts avec l’enfant comme négatifs puisqu’allant de paire avec le fait d’être pourchassé.

Afin de garantir la tranquillité de votre chat, vitale à son bien être, il sera ainsi judicieux de prévoir dans le logement des espaces en hauteur, où il peut dormir, se cacher, à l’abri de tout contact non désiré. De la même manière, la gamelle et la litière devront être placées dans des endroits inaccessibles aux enfants, afin que le chat puisse se nourrir et faire ses besoins en toute tranquillité. En effet, tout particulièrement pour des enfants en bas âge, la litière peut être perçue comme un bac à sable et donc être très attractive.

Un très jeune chaton, entre 1 et 2 mois d’âge, pourra en revanche être habitué aux contacts et aux manipulations humaines, y compris involontaires, en veillant à ce qu’elles ne soient à aucun moment doulou- reuses car durant cette période se définit ce qui est “normal”. Ainsi, un jeune chaton ayant subi de très nombreuses manipulations humaines dans cet intervalle, pourra être saisi, caressé, manipulé voire immobilisé avec une grande facilité et sans que cela n’affecte son bien être. Cela se révélera tout particulièrement utile lors des visites chez le vétérinaire qui pourra alors facilement réaliser des examens sur votre chat sans nécessiter des méthodes de contention stressantes, à la fois pour le chat, la famille, et le personnel de la clinique.

Un autre point essentiel, est d’apprendre à votre enfant à comprendre le langage félin, tout particulièrement les expressions négatives : remuer la queue par exemple, ne veut pas dire “je suis content”comme pour un chien, cela peut au contraire signifier de l’agacement. Un chat qui mordille au cours d’une manipulation demande l’arrêt de cette dernière et non pas de jouer, et les oreilles plaquées vers l’arrière sont notamment un signal de peur et/ou d’agression imminente. En toute logique, votre enfant devra évidemment tenir compte de ces signaux de désagrément.

Une fois tous ces éléments considérés, appliqués et respectés, votre enfant et toute la famille pourront bénéficier d’un animal de compagnie équilibré, bien dans son environnement et qui saura vous apporter ses bienfaits.
En effet, le chat, par sa présence, par son attitude, est de plus en plus reconnu comme littéralement anxiolytique au sein d’un foyer, on parle même en rapport avec le ronronnement ca- ractéristique du chat, de possibilités de “ronronthérapie” comme thérapie du bonheur.

 

Plus autonome qu’un chien, il devient éga- lement un premier compagnon de choix pour les enfants, mais qui nécessite malgré tout un certain niveau d’entretien selon son mode de vie (litière à changer en intérieur, nourriture à distribuer, etc).
Une adoption n’est pas une acquisition, c’est introduire un être sensible dans votre vie, être garant de son bien être, et ce pour toute sa vie, car vous serez sa vie.

Article suivant >

Découvrez tous nos articles Ti Moun

Découvrir
Notre dernier dossier
Mon copain le chien